Remediation cognitive

La remédiation cognitive est un outil thérapeutique agissant en faveur du rétablissement, en renforçant les ressources propres et l'estime d'elles-mêmes des personnes souffrant d'une pathologie qui s'exprime par des troubles cognitifs. La remédiation cognitive permet de diminuer ou de compenser l'impact des déficits cognitifs. Ceux-ci peuvent toucher la neurocognition, la métacognition ou la cognition sociale.

Des déficits neurocognitifs sont fréquemment associés aux pathologies psychiatriques et neurologiques de l'enfant et de l'adulte ; ils peuvent également faire suite aux traumatismes crâniens. Ces déficits neurocognitifs se manifestent par des troubles de l’attention, de la mémoire, des fonctions visuospatiales et des fonctions exécutives (altérant la structuration du comportement et du langage). Les troubles de la métacognition et de la cognition sociale, qui affectent respectivement la compréhension de ses propres intentions, désirs et émotions et ceux d'autrui, sont associés aux psychoses et en particulier à la schizophrénie.

La schizophrénie représente l'une des principales indications de la remédiation cognitive. Celle-ci n'est pas utilisée seule, mais en complément des psychothérapies et des médicaments qui restent indispensables. Plusieurs programmes de remédiation cognitive ciblant la neurocognition ont montré leur efficacité au cours d'essais cliniques contrôlés et sont disponibles en français (CRT, NEAR, RECOS REHA-COM). Des programmes destinés à traiter les troubles de la cognition sociale sont également disponibles en français (Gaïa, RC2S, IPT, ToMRemed et SCIT).

L'utilisation de la remédiation cognitive chez des sujets souffrant de schizophrénie a fait l’objet de nombreuses études contrôlées et plusieurs méta-analyses attestent de son efficacité dans le domaine cognitif. Par ailleurs, la remédiation cognitive est bénéfique en termes de compétences sociales et de réinsertion. L’utilisation de la remédiation est donc recommandée et elle devrait à l'avenir faire de plus en plus partie de tout programme de soins d'une personne souffrant de schizophrénie atteinte d'un déficit cognitif, dans la mesure où environ 85 % de ces personnes présentent un déficit neurocognitif et où presque toutes sont atteintes d'un déficit de la cognition sociale.

La remédiation cognitive est préconisée après un bilan intégratif multidisciplinaire (permettant d'objectiver d'éventuels troubles cognitifs à travers un bilan neuropsychologique et d'établir des liens avec leur éventuel retentissement grâce à une évaluation des capacités d'autonomie quotidienne) et elle est mise en oeuvre dans un contexte de réhabilitation psychosociale (comprenant la définition d'objectifs concrets de réinsertion et un accompagnement vers la réussite de ceux-ci).

D'autres pathologies peuvent bénéficier de la remédiation cognitive (séquelles de lésions cérébrales, démences séniles de type Alzheimer, psychoses infantiles, hyperactivité de l'enfant, addictions, pathologies cytogénétiques, etc.), mais la validation des programmes dans ces indications reste parfois à effectuer.

MANIFESTATIONS SCIENTIFIQUES

NOS STRUCTURES

NOUS CONTACTER

Association Francophone de Remédiation Cognitive

Centre Hospitalier Le Vinatier
4 rue Jean Sarrazin 69008 Lyon

Nous contacter par email: nicolas.franck@ch-le-vinatier.fr


NOS PROGRAMMES